+suivre
Email
Tchat
65 aiment 69147 visites
15 avis sur l'expert Artisteo
Recevoir ma newsletter
Créer lien vers cette page
Expert Artisteo

Je recommande

Coquelicots sur un escalier, mur normand en briques
Article créé le 10-09-2015
Dessins fantastiques d'une mère et de sa fille de 4 ans
Article créé le 02-09-2014
Interview d'Annie Tremsal Garillon par Artisteo.com
Article créé le 01-09-2014

J'aime

J'y vais

Aucune présence à un évènement
Le handicap et l'accident moteurs de la création
Relayer cet article à mon réseau
14 personnes aiment cet article, et vous ?

Chang-Woo Seok
Soir de vernissage à la galerie de l'Entrepôt à Paris.
L'artiste coréen Chang Woo Seok va faire une démonstration "en direct" de ses talents sur une grande feuille de papier posée sur le sol. Deux pots, un avec de l'encre noire, un autre avec de l'encre rouge, un énorme pinceau l'attendent.
Cet artiste connu dans le monde entier et qui vient pour la première fois en France, a perdu l'usage de ses bras dans un accident; il peint avec des prothèses.
La curiosité - comment est-ce possible de peindre sans bras? - laisse très vite place à d'autres sentiments que l'étonnement et l'admiration au fur et à mesure que se déroule devant nos yeux cette "monstration" très particulière.



L'artiste commence par saluer Philippe Brizon, le directeur de l'Entrepôt, puis l'assistance, en s'inclinant légèrement, les mains jointes. Une musique coréenne minimaliste l'accompagne. "Il travaille toujours avec cette musique qui l'inspire" explique son interprète. L'artiste saisit délicatement le pinceau avec les deux "pinces" de sa prothèse qui remplacent ses mains et dans un ballet où son corps participe, en s'inclinant, en se redressant, il trace des traits géants sur la feuille. Il s'aide avec ses pieds (dont l'un est également estropié) et fait preuve d'une agilité étonnante. Le tableau, des personnages à peine suggérés, entre taches et calligraphie, prend vie en moins d'une demi-heure. Un silence absolu, quasi religieux règne. Le jeune homme finit sa démonstration en écrivant en coréen une phrase tirée de l'évangile et en rendant hommage à ceux qui l'ont invité.

Vernissage de l'exposition Chang- Woo SEOK à la galerie de l'entrepôt


Nous avons assisté à une leçon de création in situ et in vivo qui nous laisse pantois. Et qui nous rappelle l'importance des handicaps, des obstacles et des accidents dans l'évolution de notre travail artistique. Cela commence par des accidents matériels vécus d'abord comme des embûches : la tache qui envahit la feuille par hasard, d'un pot renversé, une toile lacérée dans un moment de colère ou de désespoir, des rebuts de ce que nous brûlons et découvrons avec un autre regard le lendemain, le chat qui se promène sur une toile non sèche dans votre atelier et laisse l'empreinte de ses pattes, l'oeuvre "oubliée" dehors en proie à la pluie... Pour aboutir aux difficultés de la vie : manque de place, manque d'argent, maladies...

Les artistes qui n'ont pas d'atelier invoquent souvent cet argument pour ne pas travailler. Un artiste connu du courant de la Figuration narrative, confessait avoir crée ses oeuvres les plus monumentales dans un studio de 12m². Chaissac a peint et dessiné toute sa vie sur la table de sa cuisine, Le photographe tchèque Saudek faisait ses photos dans une cave avant d'être découvert par le galeriste Kamel Mennour qui l'a lancé. Sans tomber dans le mythe de l'artiste maudit qui doit "manger de la vache enragée", ou le misérabilisme, les épreuves peuvent être un stimulant à la pulsion créative.
A condition de se débarrasser de cette habitude de considérer qu'un échec est dévalorisant. Les enseignements à tirer de ce qui est "loupé" et "raté" sont nombreux au même titre que les enseignements à tirer de ce qui nous met par terre dans la vie. Brûler? Détruire? Cacher? Masquer? Pourquoi ne pas montrer aussi ses faiblesses, avouer ses manques, parler de ses difficultés. De ce côté, il semble que certains artistes aient beaucoup à apprendre en observant les parcours d'autres artistes ou en échangeant avec les galeristes qui ont soutenu des artistes à un moment où personne ne croyait en eux.
Etre inspiré, c'est aussi sortir de son atelier, mettre de côté son ego. "Etre artiste, c'est 10% de talent et 90% de travail" disait Picasso. Dans ce travail, sortons du dualisme qui nous pousse à classer d'un côté ce qui est "bon", de l'autre ce qui est "mauvais". Un accident peut être l'occasion d'un nouveau départ. C'est souvent vrai en art.

Commentaires
AITZEGAGH Vincent > "On peut parler de la bonne santé mentale de Van Gogh qui, dans toute sa vie, ne s'est fait cuire qu'une main et n'a pas fait plus, pour le reste, que de se trancher une fois l'oreille gauche,
dans un monde où on mange chaque jour du vagin à la sauce verte ou du sexe de nouveau-né flagellé et mis en rage,
tel que cueilli à sa sortie du sexe maternel.
Et ceci n'est pas une image, mais un fait abondamment et quotidiennement répété et cultivé à travers toute la terre.
Et c'est ainsi, si délirante que puisse paraître cette affirmation, que la vie présente se maintient dans sa vieille atmosphère de stupre, d'anarchie, de désordre, de délire, de dérèglement, de folie chronique, d'inertie bourgeoise, d'anomalie psychique (car ce n'est pas l'homme mais le monde qui est devenu un anormal), de malhonnêteté voulue et d'insigne tartufferie, de mépris crasseux de tout ce qui montre race,
de revendication d'un ordre tout entier basé sur l'accomplissement d'une primitive injustice,
de crime organisé enfin,
Ça va mal parce que la conscience malade a un intérêt capital à cette heure à ne pas sortir de sa maladie...
Nul n'a jamais écrit ou peint, sculpté, modelé, construit, inventé, que pour sortir en fait de l'enfer. "
de Antonin Artaud
Extrait du Van Gogh ou le suicidé de la société
Le 14-02-2013
THOMAS Nadine > Oui il faut vraiment avoir quelque chose dans les tripes et à vouloir le dire coûte que coûte, c'est une très belle leçon d'humilité, tous les jours je me dis restons humbles... Le 18-02-2013
ELKHIRI Fethi > Un article très touchant et significatif et ce geste sur Artisteo est pareil.L'art demeure notre langue universelle. Le 18-02-2013
Mitch > Emouvant et tres juste Le 20-02-2013
Expert artisteo > Merci à tous pour vos commentaires ! Le 21-02-2013
Dopenel > J'avoue être loin d'être aussi handicapée physiquement que cet artiste, mais c'est précisement à la suite d'une altération motrice imprévue que je tente de "positiver" cet aléa de la vie grâce à la peinture associée à l'art numérique... L'esprit créatif n'a pas de limites fonctionnelles ou mécaniques ! C'est ainsi que, bien que privé de certains contacts sensoriels par défaut ou par accident, nous pouvons créer des "miracles", tant en arts plastiques qu'en oeuvres musicales (voir Beethoven ou Ray Charles entre autres) parce que la CREATIVITE déborde de notre simple enveloppe charnelle "normalement admise" pour se révéler coûte que coûte. Le 14-08-2013
Identifiez-vous sur Artisteo pour pouvoir ajouter un commentaire.
Services d'Artisteo
Foire aux questions
API, bouton Partager
Conseil du mois
Présentation du service
A propos d'Artisteo
Contact service clients
Conditions d'utilisation
Partenaires - Société éditrice
Changer de langue : FR - EN - ES
Réseau de diffusion Artisteo
artisteo.tv
galerie-art.net
oeuvre-art.fr
Artisteo sur Facebook
Artisteo : Galerie art